De notre réactivité ou quand Brutus prend les commandes dans la relation.

 Dans Intelligence Amoureuse

Nos architectures neurologiques sont fascinantes! Je vais vous expliquer en quelques lignes comment notre cerveau est en risque de disjoncter dans le conflit.
En situation de stress l’amygdale (un noyau gros comme une cerise logé dans le cerveau émotionnel ) prend les commandes dans notre tête et « débranche » notre néocortex (surtout la partie du lobe préfrontal).
Le néocortex est le siège (entre-autres) de la raison, du langage, de nos capacités à penser le monde ou à mettre en perspective, de notre conscient. C’est dans notre lobe frontal que se logent des règles comme  « tu ne tueras point » et autres lois humaines et sociales, nos valeurs. Il est notre cerveau « pensant ».
Mettre sur « pause » cette partie du cerveau en cas de grand stress permet de court-circuiter la pensée pour apporter une réponse rapide, ce qui peut nous sauver la vie…  Mais cette amygdale peut manquer de discernement!
Vous êtes vous déjà entendu dire « j’ai pété les plombs, un fusible a sauté, j’ai disjoncté, je ne sais pas ce qui m’a pris… » .
Et c’est exactement cela: votre cerveau émotionnel surchargé par le stress a coupé le contact avec votre cerveau rationnel, vous êtes passé en mode « fight for life », l’autre est devenu l’ennemi à combattre. Plus rien n’existe de l’empathie, de la connexion, des sentiments que vous éprouvez , ni de vos valeurs et règles de vie personnelles ou sociales…
Votre petit « Brutus » intérieur a pris les commandes et déverse dans l’organisme des flots d’ hormones qui vous préparent au combat (cortisol, noradrénaline…)
(voici une petite vidéo de David Servan Schreiber  illustrant parfaitement ce mécanisme  https://www.youtube.com/watch?v=CO-b5Y8jo14 )
C’est ce qui peut nous conduire à émettre des mots, commettre des actes dommageables ou irréparables , même avec ceux que nous aimons profondément, simplement parce qu’une partie de notre cerveau est inhibée….
Des mots ou des gestes que nous regrettons sincèrement dès que le néocortex peut refaire son travail…Or les dommages sont là!  Nous pouvons devenir  d’une grande violence psychique ou physique car toute notre énergie est canalisée pour mettre l’autre (qui est désormais le danger, l’ennemi) à terre.
Brutus est contagieux! C’est à dire que quand l’une des personnes impliquées passe en mode « Brutus » dans la discussion (dispute), l’autre ne va pas tarder à faire de même!
Imaginez le tableau: nous avions deux amoureux essayant d’aborder un sujet sensible, nous voilà avec deux dinosaures prêts à tout; nous avions deux conducteurs dans leurs voitures (et une priorité à gérer) et nous voilà avec deux coqs en combat à la vie à la mort….(sans néocortex notre cerveau est proche de celui des animaux!)
Il nous faudra alors 20 mn de calme pour redevenir un être qui pense et qui est en lien avec son amour et quitter le mode Brutus, c’est ce que montrent les recherches par IRM ( 22 minutes exactement sans stimulation de l’amygdale).
Mon conseil aux couples (et à tous d’ailleurs) est de quitter la discussion dès que vous sentez que l’un ou l’autre « disjoncte »; non pas pour fuir le sujet mais bien pour protéger le lien, la sécurité avec l’autre, la santé de la relation.
Nous ne sommes pas tous égaux devant Brutus, certains d’entre nous ont un « sang-froid » remarquable (techniquement des liaisons synaptiques super performantes entre néocortex et cerveau archaïque), d’autres sont plus réactifs…
La fatigue, la faim, le cycle hormonal, l’insécurité influencent notre réactivité .
Une bonne nouvelle dans ce monde de Brutus: ça s’entraîne!
Par le dialogue intentionnel Imago par exemple (mon dada), mais aussi par la méditation, la respiration consciente et autres, il existe de nombreuses façons de solidifier notre réponse corticale; autrement dit de rester en contact avec nos belles aptitudes à l’échange et ne pas nous laisser embarquer dans la peur et la réactivité lorsque notre partenaire vient toucher des zones sensibles chez nous. La plasticité du cerveau est réelle et d’un potentiel incroyable.
Mon conseil aux couples en pleine crise : pour protéger le lien, l’autre et vous-même, quand vous sentez que ça « disjoncte », partez vous ressourcer 20 mn au moins. Quittez la scène du conflit. Souvent la reconnexion dans le cerveau passe par une activité dans le Corps (douche, jogging, yoga…), la Nature (balade, contemplation…) ou une activité sollicitant très directement le néocortex (lecture, méditation, sudoku….). L’idée étant vraiment de retirer de l’énergie de notre cerveau archaïque. Trouvez ce qui marche pour vous.
Il est inutile et illusoire de penser que nous réglerons quoi que ce soit dans la relation lorsque nous sommes en « Brutus », nous ne traitons pas avec la bonne partie de notre cerveau, tout ce qui peut arriver alors est de la bouillie relationnelle!

Florentine d’Aulnois-Wang

(ps 1: j’ai volontairement caricaturé et simplifié le fonctionnement cérébral pour illustrer mon propos)
(ps 2: mon champ de prédilection est le couple, cependant cette note s’applique vraiment dans nos relations plus étendues: avec nos parents, nos enfants, nos amis, nos collègues bien plus encore.)
(ps3: voici une photo de moi en mode « Brutus » 😉

Vous aimez? Dites-le!  Partagez!

                                                                                                                    Vous avez des idées? Réagissez!

Vous aimez? Dites-le! Partagez!
Articles recommandés
17 commentaires
  • Tim
    Répondre

    Merci Tata Flo pour ces explications toujours très claires … te lire est mon petit bonheur du jour, une pause efficace et instructive … Merci pour le partage de ta passion et de tes connaissances.
    et pis de toute façon, je le savais déja ! si si !!! mon néocortex est parfois tellement faible face à mon Brutus !
    Tendrement,
    Bises

  • MonsieurNoStress
    Répondre

    Je vous remercie pour ce billet Florentine. Ravi d’avoir trouvé ce nom, « Brutus » qui colle bien aux situations. Nostress

  • Raphael
    Répondre

    Comme d’habitude très instructif, pédagogique, remarquablement écrit et d’un style empathique qui me touche, qui me permet d’aller explorer ces partie de moi difficile d’accès.
    Merci Flo

  • Gabriella
    Répondre

    Je vis en Italia,je vous ai rencontré aujourd’hui par hazard , une journée Non,prete à attaquer à la moindre excuse…et puis je vous ai lu et cela m’a éclairé et détendue ….merci beaucoup…je continuerai à vous lire:-):-)

  • education
    Répondre

    Ton article est passionnant, Florentine !!
    Merci !

  • Christelle
    Répondre

    Mon brutus pour moi, c’est une petite fille, la petite fille tyran qui m’habite. Le problème, c’est que, pour moi, j’ai l’impression d’être toujours en mode brutus avec mes plus proches. Se peut-il qu’une partie de mon cerveau soit tout le temps inhibé ?

    • Florentine d'Aulnois-Wang
      Répondre

      Bonjour Christelle. Une bonne nouvelle: cela s’entraîne! Le mode Brutus nous prend beaucoup d’énergie et a des conséquences directes sur nos liens…Alors c’est un grand cadeau à se faire que de transformer tout ça. Et ça commence dans le cerveau.

  • Jean-Marc
    Répondre

    Très bonne vulgarisation. Une petite précision : ce n’est pas Brutus – l’amygdale – qui déverse cortisol et catecholamines…

  • Giuseppe
    Répondre

    Merci pour ce très bel article.
    PS. Le ps3 m’a beaucoup fait rire 🙂

pingbacks / trackbacks

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0

Indiquez votre recherche et appuyez sur entrée